Emmanuelle

Martin

Le réveil de la Voix

Ateliers d’expression vocale

"Je vous invite à venir explorer ensemble le vrai, grand potentiel de la VOIX et de nos voix par le biais d'une musique ancestrale du sud de l'Inde : la musique Karnatique."

Le Réveil de la Voix

 

Chanter juste, chanter faux, chanter vrai, chanter fort, chanter doucement, chanter pour s'amuser, chanter sous la douche, chanter à l'opéra, chanter comme ça… Tant de manières d'aborder la question du chant et de la voix.

 

La relation que nous avons avec notre voix et avec le chant, reflète souvent la relation que nous avons avec nous-même.

Nous sommes nombreux à penser que nous ne "savons pas chanter", que nous "chantons comme des casseroles", etc.

 

Ce sont autant de concepts, d'idées, qui nous ont parfois été inculqués dès la petite enfance. En réalité, nous avons tous une voix, qui nous est propre, et qui est le simple et unique reflet de qui nous sommes.

 

Cette voix est bien souvent enfouie au plus profond de nous-même, endormie. Elle peut pourtant cacher une vitalité d'expression impressionnante, une force de vie qui vient du plus profonds de nos entrailles.

 

Quelque soit la raison de cet "endormissement vocal", s'autoriser à trouver et exprimer sa voix, peut être presque immédiat, ou prendre un petit peu plus de temps, de délicatesse et de patience. Le processus n'en n'est pas moins passionnant.

 

Lors des ateliers d’expression vocale que j’anime, je vous invite à venir explorer ensemble le vrai, grand potentiel de la VOIX et de nos voix par le biais d'une musique ancestrale du sud de l'Inde : la musique Karnatique. Nous chercherons alors à nous ancrer dans le son, à développer l'écoute et le ressenti. Il s’agira d’aller à la rencontre de notre voix, celle qui nous est propre, d’oser chanter à pleine voix en libérant le potentiel d'expression qui est en nous. Quand la voix se développe et s'exprime pleinement, la relation à l’écoute devient plus organique et vivante. Cette écoute sera aussi celle de la tampura et de la voix des autres. Cet art de l'écoute occupe une place essentielle dans tout processus artistique, créatif et vivant. Le chemin que la voix se fraye en nous, et qui nous invite à l'intériorisation, nous ouvre à de nouvelles perceptions.

Une petite histoire...

 

Quand j'avais 18 ans, j'adorais chanter, mais j'étais persuadée de ne pas "savoir chanter".

Lorsque celui qui est devenu mon professeur de chant et de musique Karnatique m'a donné ma première leçon dans notre salon nantais (il se produisait en France et avait passé quelques jours chez nous à cette occasion) il m'a demandé de chanter, ce que j'ai fait, timidement et avec une "petite voix". J'étais persuadée que la musique indienne était synonyme de musique "douce et planante" faite pour la méditation et le retrait intérieur.

Mais ce jour là cette conception et par conséquent, ma vie, a /ont changé(s).

Mon professeur m'a dit avec enthousiasme: "OUVRE JUSTE LA BOUCHE, ET CHANTE !",ça paraissait si simple pour lui! J'ai essayé mais dès que j'arrivais vers les notes plus aigües, je reprenais une petite voix fragile et timide. Alors je me défendais "Mais… je ne peux pas chanter fort là haut! Je n'ai tout simplement pas assez de puissance!", ce à quoi il me répondit: "Vraiment? Je t'ai entendu te disputer avec ta maman ce matin, tu étais au 3ème étage et elle au rez-de-chaussée… Cela m'a donné l'impression que ta voix n'est pas si frêle que ça!", alors il a répété : "JUSTE OUVRE LA BOUCHE, ET CHANTE !" . Ce que j'ai fait, et ça a été une vraie révélation.

 

J'ai senti que le fait de m'autoriser à chanter pleinement, changeait non seulement et de manière radicale ma perception de ce qu'était ce chant magnifique et/ou ancestral mais qui jusqu'alors me paraissait étrange et inaccessible, cela changeait aussi drastiquement la manière dont j'abordais la voix, ma voix, la vie, ma vie!

 

Suite à cette experience mémorable, je fus/j'ai été animée pendant plusieurs mois d'une joie et d'un enthousiasme sans pareil, qui dans mon cas a été suivi d'un départ en Inde peu de temps après, où je vécus/j'ai vécu dix ans afin de me consacrer à l'apprentissage de cet art. Ce jour là, j'ai eu la sensation de devenir véritablement vivante. Cette expérience a été comme le réveil de moi-même. Pour la première fois de ma courte existence, j'eus la sensation d'être pleinement et complètement vivante. Les choses me paraissaient beaucoup plus simples et limpides, je semblais répondre de manière bien plus organique et naturelle à l'existence, et tout ça, fut catalysé par la simple expérience de laisser ma voix s'exprimer pleinement.

 

Cela n'est bien sûr que le début de l'aventure, et un long chemin s'en est suivi.

 

Evidemment, c'est ce qui c'est passé pour moi, et ça ne veut pas dire que toute personne qui trouve sa voix, part ensuite vivre dix ans dans une contrée lointaine pour se consacrer à l'apprentissage de son chant!

Pourtant, le processus de laisser sa voix s'exprimer pleinement peut créer une réelle transformation dans la relation à soi-même et à l'existence et permettre de véritables révélations intimes/intérieures.

Chant et Musique Karnatique

- Texte rédigé par Kalpana Métayer

 

S’initier au chant Karnatique (musique du sud de l’Inde), c’est découvrir un monde musical vocalement, mélodiquement et rythmiquement très riche.

 

Ce qui caractérise l’approche d’Emmanuelle, c’est d’aborder avant toute chose le

travail de la voix. Quelque soit la mélodie, le raga, la composition, rien ne sert de

chanter si la voix n’émerge pas du bon endroit en soi. Adopter une posture juste,

ancrée, stable et détendue.

 

La voix qui sonne pleinement reflète la dimension de l’être.

 

Que signifie vraiment écouter ? C’est prendre conscience de l’espace sonore

qu’occupe la tampura*, écouter les swaras (notes), soi-même, les autres dans une

attitude intérieure d’accueil.

 

Les ragas (modes mélodiques) sont comme des êtres vivants, dynamiques, en

perpétuel changement. Découvrir un raga, c’est comme rencontrer une nouvelle personne, petit à petit se révèle sa personnalité, s’établit un dialogue. La relation

entre le raga, celui qui le chante, et aussi celui qui l’écoute devient un acte vivant qui

ne cesse d’évoluer.

 

Quant aux swaras (notes), il s’agit de chercher la précision et porter son attention sur

leur « juste place ». Enfin, qu’il s’agisse d’un exercice vocal, d’une composition

(chantée ou dansée), d’une improvisation, c’est le tala (cycle rythmique) qui donne la structure essentielle.

 

*Tampura : instrument à cordes pincées originaire de l’Inde qui soutient la mélodie d'un autre instrument ou chanteur en fournissant un bourdon harmonique continu.

Emmanuelle Martin enseigne le chant et la musique karnatique sous forme de cours particuliers, d'ateliers réguliers et de stages, en France et à l'étranger.
Pour être tenus informés des actualités, écrivez-lui sur : emmanuellemartin.music@gmail.com
 
Ou cliquez :